entre Finance et opération : découvrez le métier FinOps

Énormément dépendantes des services cloud, les sociétés doivent aujourd’hui bénéficier d’un pilotage technique et financier de ce genre d’utilisations. C’est là qu’arrive l’ingénieur FinOps. Ce véritable expert du cloud connaît tout ce qu’il y a à savoir sur les services et prix de la totalité des fournisseurs (AWS, Google, OVH, Microsoft ou encore Adobe).

Qu’est ce que le métier FinOps ?

Mélange des termes finances et opérations, le finops se caractérise par l’assurance qu’une société se serve des services cloud de la manière la plus performante possible. Cette mission se base sur un seul et même individu : l’ingénieur finops. Sa finalité est l’optimisation des dépenses tout en éliminant les frais inutiles et en restreignant les coûts sans pour autant impacter la performance.

Finalement, ce spécialiste incarne plus une fonction qu’une profession. Popularisé ces dernières années, le cloud offre flexibilité et performance aux besoins IT et métiers des sociétés. Utilisé par de plus en plus de services du monde du travail, le cloud ou les clouds, ont, ce qui n’était pas attendu lors de sa création, eu un fort impact sur la facture d’infrastructure des sociétés, chaque service ayant ses besoins et le règlement à l’usage multipliant les frais.

L’ingénieur finops connaît la totalité des utilisations cloud (public, privé et hybride) de la société. Son secteur d’intervention concerne la totalité des milieux d’activités. Cet expert étudiera les coûts et étudiera pourquoi ce type ou ce type de dépense est anormalement conséquent. Une de ses tâches est aussi de proposer des solutions pertinentes et efficaces : diminuer le temps de conservation des données et des informations, modifier l’environnement technique, optimiser le code, mutualiser un cloud entre une multitude de services ou encore procéder à la renégociation d’un contrat. On peut dire que cet ingénieur possède une image de cost-killer. Néanmoins, ce spécialiste a autant pour but de diminuer les dépenses que d’améliorer le rapport-qualité prix du cloud.

Quelles sont les missions de l’ingénieur Finops ?

L’ingénieur finops est un mélange de technologies d’information ainsi que de finance d’entreprise et des métiers. Ce dernier a pour finalité la compréhension, le suivi, le contrôle, la gestion et l’optimisation des coûts des architectures cloud privés et publics de l’entreprise. Cet expert collabore avec la totalité des services IT et ceux de la direction financière. Cet expert doit aussi savoir utiliser des applications et des services spécialisés comme azure et aws.

Ce spécialiste a également pour mission d’assurer le pilotage des coûts des solutions cloud. Cet expert offre les modifications adéquates au niveau financier. En outre, ce dernier est l’assurance de l’optimisation des coûts au moyen d’un accompagnement efficace des équipes métiers et IT. Souvent, l’ingénieur finops recommande des mutualisations ou des optimisations liées aux projets.

Il est aussi l’assurance d’une cohérence d’utilisation du cloud puisqu’il détermine les règles d’utilisations, les techniques et prend part au pilotage de la stratégie cloud de la société. Il s’occupe également des contrats avec les fournisseurs de cloud. Parallèlement, il se sert des tableaux de bord dans le but de gérer les coûts et les usages. Deux autres de ses tâches est de produire le reporting de la consommation cloud de la société et d’aider les équipes opérationnelles dans leur usage quotidien du cloud.

Comment devenir finops : Quelles études suivre ?

Cette profession nécessite une expertise technique du cloud. Par conséquent, elle concerne seulement les ingénieurs (ayant un bac +5) ou ceux possédant un master en informatique (bac +4). En outre, sachez qu’une formation en management ou en finance d’entreprise est aussi conseillée dans le but de pouvoir étudier et alléger les coûts engendrés par le cloud.

Quelles sont les compétences requises ?

Les compétences techniques nécessaires pour un ingénieur finops sont autant essentielles que celles relationnelles et managériales. Effectivement, cet ingénieur cloud doit gérer à la perfection les rouages de l’infrastructure cloud, en savoir plus sur les offres commerciales des fournisseurs de cloud tout en possédant le savoir-faire adéquat afin d’échanger avec les directions IT, finances et les métiers.

Savoir-faire technique

  • Excellente connaissance des offres cloud avec une expérience d’au minimum deux ans avec un fournisseur de services cloud (comme Google Cloud Platform ou AliCloud par exemple)
  • Connaissance des infrastructures cloud et des mécanismes de sécurité (comme le pare-feu et le proxy). Une certification d’un fournisseur (tel que AWS) est conseillée.
  • Connaître les solutions d’analyse, de reporting et de visualisation de données
  • Connaître des techniques de suivi d’un budget
  • Savoir gérer une conduite de projet et les techniques Agiles
  • Connaître du pack Office
  • Parler et écrire couramment anglais
  • Savoir-faire managérial et relationnel
  • Capacité de communication optimale, essentiellement avec les équipes techniques
  • Sens de l’écoute aiguisé
  • Excellente capacité d’étude, esprit de synthèse
  • Posséder une vision stratégique, architecturale et transverse.

FAQ (Foire Aux Questions)

Voici les réponses aux questions les plus posées sur le métier FinOps.

Quel est le salaire d’un ingénieur FinOps ?

Le métier d’ingénieur FinOps est extrêmement récent. Les salaires sont liés au milieu d’activité et à la taille de la société. Ces derniers vont d’environ 45 000 euros brut par an (juniors) à près de 80 000 euros (seniors) par an pour des postes plus évolués.

Quelles sont ses perspectives d’évolution ?

Cet ingénieur peut autant s’occuper des fonctions techniques que managériales. Son réel savoir-faire du cloud et son pilotage stratégique par rapport à ce dernier peut amener cet expert vers des postes plus importants dans la direction informatique.

Quels sont les attraits et les contraintes de ce métier ?

Les trois avantages majeurs de ce métier sont un bon salaire, des tâches diverses et variées ainsi que la présence simultanée des aspects technique et relationnel.

Les trois points faibles de cette profession sont : obligation d’étudier régulièrement les offres des fournisseurs cloud, fonction encore peu populaire dans le pays à l’heure actuelle et fonction concernant encore seulement des structures professionnelles d’envergure ou à des ESN (entreprises de services du numérique).