Travailleur indépendant : Comment devenir freelance informatique ?

De plus en plus de sociétés se tournent vers les freelance informatiques. Via leur savoir-faire, la richesse de leurs offres et la pertinence de leurs prestations, ces spécialistes indépendants sont les plus populaires auprès des sociétés. Découvrez ce qu’est un freelance ou un indépendant dans le domaine de l’informatique.

Qu’est ce qu’un freelance informatique ?

Un freelance, ou un indépendant, en informatique se distingue de l’employé par son statut administratif. Il existe une multitude de formes juridiques comme l’auto-entreprise, l’EURL ou l’entreprise individuelle.

Le freelance informatique au contraire du salarié peut organiser son propre planning. Le freelance ne peut pas connaître de possibles sanctions de son supérieur hiérarchique. Un indépendant dans ce domaine va effectuer ses tâches et ses missions auprès de sociétés. Il peut également représenter l’informaticien d’une petite société, un consultant offrant son savoir-faire à une entreprise ou être un véritable soutien sur un projet informatique.

Quelles peuvent être les missions d’un freelance informatique ?

Ce professionnel de l’informatique effectue des missions pour des sociétés clientes qui peuvent être extrêmement riches et variées. Le freelance informatique peut être amené à réaliser un audit de système d’information, à finaliser des missions d’intégration logicielle et de développement internet, à s’attarder sur la sécurité du réseau d’une société ou encore à concevoir une équipe.

Un tel expert dans le domaine de l’informatique peut être consultant en développement en infrastructure, coach agile ou formateur en fonction des missions données. Les freelances sont de plus en plus demandés par les sociétés et les directions des Systèmes d’Informations qui désirent profiter d’un savoir-faire, d’une expertise et de recommandations spécifiques grâce à une main d’œuvre accessible facilement et rapidement.

Voici six points sur lesquels le freelance informatique peut agir : sécurité réseau, Internet, bases de données, développement et langages informatiques, intégration logicielle et IA.

La plupart du temps, un freelance informatique peut effectuer les missions suivantes : audit du système d’information, conception d’une liste de recommandations pour régler les soucis dénichés, formation d’équipes, migration de données, mise à jour d’un site web ou d’une application ou encore conception d’une solution par rapport à un projet.

Le savoir-faire d’un freelance informatique concerne donc une multitude de domaines. Il est à la fois un codeur, un administrateur, un formateur, un développeur, un consultant informatique SEO ou encore un webmaster. Pour devenir freelance en informatique, inscrivez-vous sur une plateforme freelance informatique pour trouver vos propres clients !

Quelles sont les démarches pour devenir freelance informatique ?

Si vous désirez devenir freelance informatique, vous n’avez qu’à demander une affiliation au régime des indépendants et procéder à une immatriculation au Registre du Commerce et des Sociétés afin d’obtenir une existence juridique et effectuer son activité en totale légalité. Avant tout, prenez en compte qu’être indépendant ne sera pas un long fleuve tranquille.

Dans le but de débuter une activité professionnelle, le futur freelance doit également se pencher sur le statut juridique allant le plus à son projet, ses compétences et son expérience. Il est nécessaire de prendre le temps de choisir puisque plusieurs aspects changent en fonction des statuts : responsabilité, chiffre d’affaires, cotisations ou encore couverture sociale. Découvrez les solutions mises à votre disposition :

  • Micro-entrepreneur (aussi nommé auto-entrepreneur) : il y a un plafond pour le chiffre d’affaires et ce statut est idéal pour ceux qui commencent et qui désirent effectuer un test de l’activité en freelance ou en addition d’une activité salariée. Il faut savoir que les impôts ainsi que les charges sociales sont définis via des revenus.
  • Entreprise individuelle (EI) : dans ce cas, c’est l’indépendant qui gère sa société. Il s’occupe lui-même des possibles dettes. Il n’y a aucune protection de son patrimoine personnel. Les spécificités de création se révèlent être moindres et peu chères.
  • Entreprise individuelle à responsabilité limitée (EIRL) : au contraire du statut EI, il n’y a pas protection du patrimoine personnel (hors fraude). L’indépendant effectue une déclaration du patrimoine d’affectation d’EIRL spécifique à son activité personnelle.

La conception d’une entreprise (EURL, SASU, SARL) : en faisant le choix de ce statut, il y a protection du patrimoine personnel (à part en cas d’une faute déclarée de gestion grave). Cette option est idéale pour les individus désireux de concevoir leur activité. Elle est aussi parfaite si vous souhaitez vous associer. Sachez que la création est ici lus difficile et chère en comparaison aux statuts antérieurs.

Terminons avec une autre option, que beaucoup de monde laisse à tort de côté : il s’agit du portage salarial, qui est idéal pour les personnes désireuses de profiter d’une solution mélangeant salariat et indépendance. Effectivement, le porté finalise un contrat avec l’entreprise de portage salarial, qui pour sa part s’occupe de la facturation de la clientèle et l’encaissement de leurs règlements. Par la suite, le chiffre d’affaires est reversé au porté en tant que salaire. En faisant le choix de cette option, le freelance informatique ne subit pas les contraintes liées à l’administration. Ainsi, il peut plus se focaliser sur le démarchage de ses clients.

Quand vous aurez fait le choix de votre statut et lorsque les différentes démarches administratives seront en cours, nous vous recommandons vivement de concevoir l’environnement de travail adéquat à votre activité informatique. Le freelance devra par la suite améliorer ce qu’on appelle son personal branding (marketing personnel) afin d’être parfaitement visible pour la clientèle potentielle, essentiellement en montant un portail web grâce notamment au SMO (optimisation des pages sur les réseaux sociaux).

Si vous vous projetez dans une telle aventure, nous vous conseillons de vous inscrire sur des plateformes freelances puisqu’il est essentiel de vous façonner un réseau professionnel. Cela vous permettra de tisser des liens avec d’autres professionnels et des clients. Pour trouver vos clients, soyez le plus visible possible sur le web et mettez-vous en avant. N’hésitez pas à concevoir votre propre site web (via un CMS comme WordPress) et fabriquez des cartes de visite.

Conclusion

Être freelance est un projet qui doit être mûrement réfléchi et qui nécessite beaucoup de temps. Néanmoins, ce projet peut rapidement devenir complexe et les interrogations peuvent être nombreuses : quelles sont les démarches à faire pour être freelance ? Micro-entrepreneur, portage salarial, SASU (société par actions simplifiée unipersonnelle) ou EURL (entreprise unipersonnelle à responsabilité limitée) : quel est le meilleur statut pour vous ? De quelle façon gérer du mieux possible votre comptabilité ? Et pour les assurances ? De quelle manière procéder au démarchage de votre clientèle ? Avant de vous lancer, posez-vous les bonnes questions.

Une fois les démarches administratives effectuées et les statuts juridiques choisis, les freelances peuvent contacter des sociétés recherchant de véritables professionnels dans le but de réaliser un projet informatique spécifique dans le monde du digital et de la tech.